Le “TOP TEN” des méditations à faire maintenant

Journal de bord – Confinement J + 15 :

“Cher journal,
Voilà près de 15 jours (et 5 kg) que nous sommes confinés à la maison. Le monde vit un désastre sanitaire, et pour une fois, ça se passe aussi du côté de chez nous. C’est vrai d’habitude c’est loin, il suffit d’éteindre la télé pour l’oublier ou de faire un tour sur Facebook pour se changer les idées… Mais pas là. C’est tout proche, sous notre nez, dans nos poumons…


Au départ, nous étions heureux d’être obligés de rester à la maison, rassurés que les enfants n’aillent plus à l’école et qu’ils restent au chaud en sécurité… Mais maintenant on aimerait bien les vendre
(et ça me fait culpabiliser).

“Au chaud”… c’est ballot justement, il commence à faire super beau dehors, c’est le printemps et c’est devenu vite vachement moins sympa d’être bloqués à la maison… enfin à l’appartement – parce que quand on a choisit l’appart on était “super content de vivre en plein centre ville, tu comprends, on aime ça nous, y’a pas de terrasse ? C’est pas grave, on ira se promener”… Oui mais pas là !


Enfin bon, confinement et télétravail = grasse mat’ pour tout le monde, et ça, on en avait tous bien besoin… Sauf qu’avec l’école à la maison, on s’est vite rendu compte qu’il fallait qu’on se lève deux heures plus tôt que d’habitude pour abattre la charge de travail que donne les profs… J’ai arrêté de râler à la deuxième ramette de papier et au bout de la 3e cartouche d’encre… Il y a un moment, il faut lâcher-prise.


Journal, je ne parle même pas des crises d’angoisse après avoir regarder BFM pendant 24h, ou encore les migraines en réfléchissant aux théories complotistes qui trainent sur les réseaux sociaux. Je ne sais toujours pas si le Covid a été lancé par les Extra-Terrestres ou par les fabricants de PQ, j’ai décidé de lâcher sur ça aussi…

Bref, on se regarde bizarrement quand on tousse, on a tous pris notre température dix fois, on a dû expliqué à notre dernière de 11 ans que “non, nous n’allions pas tous mourir et que non, ce n’était pas la fin du monde”…


Heureusement internet fonctionne encore normalement. Enfin, je ne sais pas si c’est une bonne chose parce que j’ai pris 5kg en grignotant devant Netflix…


Ça m’évite de trop réfléchir parce que finalement, j’ai peur. Peur du virus, de perdre mes proches, des conséquences de la crise, mais surtout peur que nous ne tirions aucune leçon de tout ça et que la vie reprenne son cours.”
Ceci est une fiction (mais quand même vachement inspirée de faits réels).

Option dépression ou transformation ?


Bon, vous l’avez compris, on est tous passé par une de ces phases là ! On n’a pas vraiment le choix parce que notre mental s’inspire des situations difficiles comme celle à laquelle nous sommes confrontés pour créer des scénarios catastrophes dignes d’Hollywood.
Alors puisqu’on ne peut pas aller à l’extérieur, allons à l’intérieur… En même temps c’est salvateur ;). Allez, on y va c’est par là >>>

#1. Méditation pour retrouver son calme intérieur

On éteint la télé, on sort de Facebook, on va chercher en soi un espace de paix dans lequel toutes les informations anxiogènes qui nous polluent nous laissent tranquille un moment. Il ne s’agit pas d’être dans le déni mais de savoir s’accorder un peu de répit, et au passage de recharger ses batteries en énergie positive.

#2. COURTE MÉDITATION DU MATIN

On positive sa journée ! Qu’on soit obligé de sortir affronter le monde pour sauver des vies ou d’affronter Pronote pour les devoirs des enfants, on a besoin de positif ! Alors on commence sa journée avec une petite méditation qui va bien.

#3.Méditation Body scan

On en profite pour se reconnecter à son corps. Le bodyscan nous permet de replacer notre mental où se trouve notre corps. Donc on réalise qu’on est là, tranquille à la maison, en sécurité et pas dans un des pires films catastrophes de fin du monde en train de chercher de la nourriture pour survivre, ok ?

#4. Méditation de l’arbre

Qui résiste aux tempêtes et aux aléas des saisons ? L’arbre. On s’enracine pour faire face aux tempêtes émotionnelles que suscitent ce que nous vivons en ce moment. On s’ancre pour devenir aussi imperturbable qu’un arbre…

#5. Méditation pour faire face à ses peurs

Elles sont là, elles profitent de la situation pour nous faire ruminer, alors on les affronte pour les faire fuir. La méditation pour faire face à ses peurs vous permettra de les appréhender dans un cadre hyper sécurisant. C’est le moment de leur dire bye-bye !

#6. Méditation anti-stress

Et enfin on émousse la charge émotionnelle que génère cette situation….

#7- Méditation d’urgence pour maman (anti pétage de plomb)

Je sais, je sais… Ce n’est pas juste pour les papas – mais que voulez-vous ? J’écris mes méditations en fonction de ce que je vis moi 😉
Promis, un jour je me colle sur la vie côté “papa”.

#8. Méditation pour une nuit apaisée

Parce que le sommeil sera toujours le plus important et que cela nous permet d’affronter beaucoup mieux toutes les situations.

#9. Méditation de la bienveillance

On en a tous vraiment besoin. C’est de le moment de s’en donner et d’en donner à tous ceux qui se battent tous les jours pour nous sortir de là et nous protéger.

#10. Méditation de la gratitude

Et enfin, on relativise. Même si c’est très dur, il y a des beautés cachées dans ce que nous vivons en ce moment. Aidons-nous de cette méditation pour les trouver…

BONUS BONUS BONUS

#11. Méditation pour faire la sieste

Rien de tel qu’une bonne petite sieste pour se rebooster ! Avec cette méditation spéciale confinement, vous rechargerez vos batteries pour le reste de la journée 😉

#StayHome #BeSafe

Et surtout, n’oubliez pas de rester bien au chaud à la maison si vous le pouvez et de respecter les gestes barrières. Il est important que nous jouions tous le jeu pour soulager le personnel soignant et sortir au plus vite de cette situation dramatique.
Prenez grand soin de vous et des vôtres !

“Je n’arrive pas à méditer !”


Dans la liste de vos bonnes résolutions pour 2020 vous avez ajouté :
“je me mets à la méditation”.
Ce n’est pas la première fois que vous essayez de vous y coller. Ça a l’air tellement sympa !
Depuis que votre copine Agathe s’y est mise, elle ressemble à Bouddha, elle porte des jupes longues, marche pieds nues l’été et a l’air tellement sereine !
Quant à Sylvie, elle ne crie plus sur son mari et ses enfants… elle tient un truc c’est sûr ?!
Et puis tout le monde en parle de la méditation, c’est que ça doit être efficace !

Vous avez acheté un coussin, un tapis, de l’encens et créé une playlist sympa “musique de la nature” sur Spotify… Mais voilà ! À chaque fois que vous essayez de vous y mettre, ça bugge !

Vous vous installez confortablement au calme dans votre chambre sur votre coussin tout neuf que vous avez acheté une fortune chez Nature et Découverte, assis en tailleur comme vous l’avez vu faire sur Pinterest, un peu de Champa, une lampe de sel, votre ordi à portée de main, vous fermez les yeux… et déjà votre cerveau s’emballe :

“Piouh j’ai déjà mal au dos”
“Arhhhhggg j’ai le nez qui me gratte – non non non – je ne dois pas bouger, ça va passer”
“Ah non ça y est j’ai des fourmis dans les jambes… je vais jamais tenir”
“Mais au fait, j’ai lancé le sèche linge ?”
“Tiens, je me demande ce qu’elle est devenu Simone ? Quand est-ce que je l’ai vu la dernière fois ? Y’a 15 ans ? J’irai la chercher sur Facebook après…”
“Ah mais non, chut, concentre-toi un peu, t’es censé méditer là ! “
“Bon, ça fait au moins 25 mn là c’est bon ? – Ah merde non, que 3 mn…”

“Pfffff je m’ennuie ! “

Alors là en général, la liste de course surgit dans votre tête en clignotant comme un panneau de Broadway ou alors vous vous mettez à fredonner mentalement la musique de la pub de Ricoré de 1995 – mieux – vous vous endormez et vous êtes réveillés par votre tête qui tombe littéralement, et en plus ça fait mal. Pire, vous vous tapez une crise d’angoisse parce que vous êtes partis en boucle sur vos problématiques…

Bon ! Malgré ça, vous avez décidé de vous aider avec You Tube en cherchant des méditations guidées. Mais après être tombés sur “La méditation des flammes jumelles”, sur la nana qui tousse en guidant sa méditation (pire le bruit de la chasse d’eau en fond) ou le gars qui parle comme un DJ de fête foraine vous avez vite été découragés… et on vous comprend !


En même temps, vous ne voyez pas comment on peut arrêter de penser. Surtout vous qui avez 1000 pensées à la seconde ?!

Je vous donne deux – trois tuyaux pour vous en sortir et c’est par là >>>

Méditer ce n’est pas “arrêter de penser” mais ” se regarder penser” !

Grosse nuance. Il faut savoir qu’il est impossible d’arrêter de penser. Nous avons entre 60 000 et 80 000 pensées par jour. Arrêter de penser, c’est comme arrêter de respirer… Quand on y arrive sans entrainement c’est juste qu’on est décédé en général.
L’objectif c’est d’observer ce qui se passe en soi et, dans un premier temps, de constater qu’on est très trop souvent en mode automatique.
On se laisse embarquer par des pensées toxiques qui ne nous servent pas à grand chose si ce n’est à boucler.
Et oui ! Soit on rumine sur la passé (et c’est trop tard) soit on pense au futur… Quoi qu’il en soit, on n’est rarement dans l’instant – vous savez l’instant présent, le seul moment qui existe en fait !
Méditer c’est faire une pause. Ne pas être dans l’action (non ce n’est pas comme quand on est dans son canap devant Netflix !). L’idée c’est d’apprendre à être avec soi, en plaçant son esprit où se trouve son corps et à ne pas laisser ses pensées et ses émotions prendre le contrôle de qui nous sommes. On y reviendra.

Méditer c’est tout sauf se mettre la pression.

Donc quand vous vous insultez parce que vous n’arrivez pas à méditer c’est comme si vous vous acharniez sur votre enfant qui n’arrive pas à faire ses lacets alors que vous ne lui avez jamais appris à les faire : c’est contre-productif et même pire c’est décourageant. Les mots clés : #Patience et #Bienveillance .
Personne n’a jamais réussi à faire du vélo sans avoir appris ! La méditation c’est la même.
Alors, on ne va pas se mentir, c’est clairement plus facile pour certains que pour d’autres mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas pour vous ou que vous n’y arriverez jamais ! Faut juste vous entrainer un peu… et comme pour le reste, quand on s’y met, ça devient même addictif. Alors, on le prend à la cool et on est gentil avec soi !

Pour bien méditer, il faut être assis en tailleur, être bouddhiste, pratiquer au moins 45 mn par jour, avoir un piercing au nez, et une toge…

FAUX ! Et c’est bien le problème. Il y a énormément d’idées reçues sur la méditation : la durée, la position, la couleur du coussin…

Pour bien méditer il faut d’abord en avoir vraiment envie, puis ne pas se laisser influencer par ce qui est tendance ou ce que font les copines alors que cela ne nous convient pas. Il s’agit justement de se trouver alors on commence par être très clair avec soi et à ne pas viser trop haut.

Le temps :
Cinq à dix minutes par jour pour commencer c’est déjà bien ! Et même si vous ne le faites pas tous les jours ! Naturellement, si vous aimez et que cela vous fait du bien, vous prolongerez vos séances. Inutile de se lancer dans un programme de 45 mn par jour tout de suite. Vous y viendrez peut-être plus tard .. ou pas et c’est ok ! Autorisez-vous à ne pas faire “comme il faut faire”. Personne ne sait mieux que vous ce qui vous va le mieux.

La position :
On s’adapte aussi. Assis, debout, allongé, c’est vous qui voyez. Lorsque l’on a des problèmes de dos cela peut vite devenir problématique.

Si vous préférez être assis, je vous conseille de mettre un petit coussin sous vos fesses pour que votre bassin soit un peu plus haut que vos jambes (cela vous évitera les fourmis). Inutile d’en acheter un spécialement pour cela, vous en avez certainement chez vous qui feront l’affaire. L’important c’est qu’il soit assez ferme. Et vous avez aussi le droit de vous appuyer contre un mur pour limiter les tensions.

Si vous préférez être allongés, n’hésitez pas à plier les jambes, cela vous aidera à ne pas vous endormir.

Bouger pendant une méditation :
L’important lorsque l’on ressent le besoin de bouger c’est de le faire en pleine conscience. Ça veut simplement dire que si mon nez me démange, j’observe cette sensation et je prends conscience de ma main qui se lève pour rejoindre mon nez, de la sensation que j’éprouve lorsque j’entre en contact avec ma peau. Je vis chacun des gestes que j’effectue sans être en mode “automatique”. Je peux aussi utiliser ma respiration et mon souffle pour laisser mon besoin de bouger s’effacer progressivement, mais clairement ça, c’est une autre étape !

Musique, guidance ou non ?

C’est aussi une histoire de goût. En revanche, lorsque l’on commence c’est souvent plus simple de se laisser porter par une voix qui nous guide. Au départ ce n’est pas simple de trouver le “truc” pour ne pas se laisser envahir par son mental qui va essayer de toutes les façons possible de nous embarquer très loin de là où nous sommes. Pire, qui risque de nous faire douter de ce que nous faisons ou de comment nous le faisons.
Une bonne méditation guidée vous permettra de vous plonger en vous-même et de vous ramener lorsque vous aurez suivi votre mental sans vous en être rendu compte…
Il existe des méditations guidées avec ou sans musique, faites les deux pour savoir ce qui vous plait le plus, alternez, bref – c’est comme voul voul…

Méditations Pleine Conscience ou Spirituelle ?

Certains veulent méditer pour trouver une forme de paix, pour faire une introspection, pour apaiser des angoisses, pour rencontrer Dieu ou avoir une idée de leurs vies antérieures… Quelle que soit votre intention première, si vous n’arrivez pas à méditer je vous conseille de commencer par la Pleine Conscience.

Dénuée de toute connotation religieuse ou spirituelle, même si inspirée de la tradition bouddhique, la Pleine Conscience nous permet d’observer ce qui est, pour ce que c’est. Il s’agit selon moi d’un véritable tremplin pour se focaliser sur soi. Simple et efficace, il n’est pas question ici de réussir quoi que ce soit. Il existe des centaines de méditations guidées en Pleine Conscience ce qui vous permettra d’alterner et de rentrer toujours un peu plus en vous.

Il est possible que cela ne vous suffise plus par la suite et que votre pratique évolue vers un type de méditation plus spirituelle, tout cela dépendra de votre état d’esprit ! Mais encore une fois, pour rester authentique et bienveillant dans votre pratique, suivez votre propre rythme et votre temporalité…


Quelques astuces

  • S’abonner à ma chaine YouTube : pascale picavet psychothérapie holistique. vous y trouverez des méditations guidées avec ou sans musique, de la Pleine Conscience, des petits voyages shamaniques – bref, il y en a pour tous les goûts…

  • S’abonner à Petit Bambou : il existe différentes applications de méditation guidée. Celle-ci est selon moi la meilleure parce qu’elle propose les meilleurs contenus.

  • Se faire un petit coin méditation : un endroit au calme dans une pièce que vous aimez et dans laquelle vous vous sentez à l’aise et en sécurité. Vous serez plus tard capable de méditer dans le bus ou le métro ! Le bruit autour de vous ne serez plus du tout un frein au contraire ! On peut même apprendre à méditer sur les sons qui nous entourent quels qu’ils soient.

  • Rejoindre un groupe pour méditer en atelier. La méditation en groupe est un très puissant tremplin. La dynamique de groupe est porteuse et c’est vraiment encourageant ! N’hésitez pas à suivre mon actualité, j’en organise régulièrement.

  • Se lever cinq à dix minutes plus tôt le matin pour faire quelques minutes de méditation, ou encore pratiquer le soir en se couchant. Attention toutefois à ne pas vous (r)endormir ! L’état méditatif est proche de l’état dans lequel nous sommes lorsque nous nous réveillons ou lorsque nous nous endormons. En pratiquant à ces moments vous aurez peut-être plus de facilité à plonger en vous.

  • Essayer de tenir huit semaines d’affilées ! Ok je vous ai dit de ne pas vous mettre la pression, en revanche on sait que le cerveau aime la répétition et qu’il faut environ huit semaines pour créer une habitude (moins avec le chocolat mais c’est un autre débat).

  • Enfin, n’oubliez JAMAIS d’être bienveillant avec vous-même ! Vous n’êtes pas en compétition, et vous n’avez rien à prouver ! Vous y arriverez. Lorsque vous vous sentez décrocher, souvenez-vous des raisons pour lesquelles vous essayer de méditer et croyez en vous !